Lettre de Sébastien Huyghe concernant le débat “parent 1 parent 2”

Lettre de Sébastien Huyghe concernant le débat “parent 1 parent 2”

Chère Amie, Cher Ami,

La plupart d’entre vous a été informé des positions défendues à l’Assemblée nationale par deux députées LREM de notre département, Valérie PETIT et Jennifer de TEMMERMAN concernant la suppression des mentions “père” et “mère” dans les documents administratifs.

Ces deux parlementaires sont parvenues à attirer l’attention en proposant de remplacer ces mentions par “parent 1” et “parent 2”. Cette idée aberrante a fait l’objet d’un amendement de la députée de la 9ème circonscription, défendu par la députée de la 15ème et adopté par la majorité LREM.

Nous avons tous en mémoire le débat engagé sur le Mariage pour tous par François HOLLANDE en 2013 et qui avait profondément divisé notre société. Il nous avait alors été affirmé avec aplomb que l’idée aujourd’hui adoptée par la majorité LREM relevait du “fantasme homophobe”. Force est pourtant de constater que, six années plus tard, ce fantasme devient réalité.

Jennifer de TEMMERMAN a défendu sa position en expliquant que nos modèles familiaux étaient “un peu dépassés”. Il faut probablement comprendre que les familles composées d’un père et d’une mère ne sont plus à la mode et qu’il faut donc gommer tout ce qui s’y réfère.

Il y a toujours eu des familles monoparentales. Il y a toujours eu des orphelins. Il y a toujours eu des Français qui ne rentrent pas dans les cases de l’administration. Il y aura toujours des différences entre les Français. Légiférer sur des sujets aussi creux ne sert l’intérêt de personne, si ce n’est de quelques militants radicaux dont la provocation est le fond de commerce.

Si l’on suit le raisonnement de Madame PETIT, quel parent doit donc être n°1 ? Cela induit-il une hiérarchie ? En cas de famille recomposée, faudra-t-il ajouter un “parent 3”, puis un “parent 4”, au prétexte de n’humilier personne ? La démarche entamée par cette députée revient à promouvoir une thèse dans l’air du temps, qui consiste à nier toute différence entre les sexes au nom d’un égalitarisme extrémiste.

Nous ne pouvons que regretter que deux députées de notre département soit à l’origine de cet amendement. Cela doit nous éclairer sur les convictions réelles de ces élues qui ont cultivé l’ambigüité sur leur positionnement politique pour accéder à l’Assemblée nationale en 2017.

Je compte sur votre engagement sur le terrain pour dénoncer ce nouveau coup porté à la famille par LREM, dans la continuité de la politique portée par François HOLLANDE.

Nous devons désormais nous attendre au pire à l’avenir concernant la procréation médicalement assistée (PMA) et la gestation pour autrui (GPA).

Bien amicalement,

Sébastien HUYGHE
Président des Républicains du Nord
Député du Nord
Conseiller régional des Hauts-de-France